4180 km, 110 millions d'habitants concernés, 30 ans de travaux

Les aspects écologiques du projet sont primordiaux, mais vont de pair avec l'amélioration des conditions de navigabilité sur les rivières et le fleuve.

Fort des expériences acquises sur l'aménagement des fleuves et deltas européens et asiatiques, le projet devra combiner le désensablement du lit du fleuve, condition nécessaire à la création d'un canal navigable pour les navires de faible tirant d'eau et la conservation de l'aspect vivant et dynamique du fleuve et des mouvements de sables. C'est sans doute là le plus grand défi technique du projet Blue Niger. La modélisation des effets du dragage est complexe et des ajustements permanents seront sans doute nécessaire à la bonne réalisation de cette tâche.

En outre, ce désensablement influera directement le débit et la vitesse d'écoulement des eaux et donc des crues en aval dans le delta du Niger. Les modifications climatiques de ces dernières années, la réduction des surfaces forestières, la dégradation anthropique des sols et l'ensablement ont contribué à faire se chevaucher les épisodes de crue rouge et de crue guinéenne dans le delta. Un meilleurs contrôle des écoulement permettra d'éviter les épisodes de sur-crue tout en allongeant la période de hautes eaux tout au long du fleuve.

Le maintien en eau d'un chenal de navigation permettra en outre l'émergence d'une navigation locale ou régionale favorable au développement des échanges commerciaux entre les communautés.

Objectifs 2020-2025 :
  • Navigabilité sur 100 km du Timkisso depuis l'embouchure sur le fleuve Niger
  • Navigabilité du fleuve Niger entre Siguiri et la frontière du Mali
  • Concertation avec le ministère de l'énergie pour la mise en synergie des projets hydroélectrique et la navigation. SIE Guinée